官网_vn99威尼斯人5002

Conférence de presse du 11 mai 2022 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2022-05-11 21:30

Phoenix TV : Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a fait part de son point de vue sur la « stratégie zéro COVID » de la Chine lors d’un point de presse hier. Les experts de l’OMS ont également souligné la nécessité d’équilibrer la prévention de la COVID et le fonctionnement économique et social. Quel est le commentaire de la Chine ?

Zhao Lijian : Depuis l’apparition de l’épidémie de COVID-19, le gouvernement chinois s’est engagé à accorder la priorité au peuple et à la vie humaine, à adopter une approche visant à prévenir les cas importés de l’étranger et la résurgence dans le pays, et à appliquer une politique « zéro COVID dynamique ». Nous avons adapté les protocoles de prévention et de contrôle à l’évolution de la situation et obtenu des résultats stratégiques majeurs dans cette bataille.

La politique « zéro COVID dynamique » de la Chine n’a pas pour objectif d’atteindre l’infection zéro, mais plutôt de maîtriser l’épidémie au coût social minimum dans le délai le plus court possible, afin de protéger la vie et la santé et d’assurer au maximum le cours normal de la vie et du travail des 1,4 milliard de Chinois. Je peux vous donner un exemple. Lorsque des cas ont été signalés à Tianjin en janvier 2022, plus de 10 millions d’échantillons ont été prélevés en seulement 4,5 heures. Un confinement précis a été appliqué, se limitant aux magasins et aux immeubles résidentiels concernés. L’écrasante majorité de la population chinoise dans la plupart des régions du pays peut mener une vie et une production normales. Le taux d’infection par la COVID-19 et le taux de mortalité en Chine restent les plus bas du monde. Selon une analyse publiée par The Lancet en mars, les estimations mondiales de la surmortalité indiquent que 18,2 millions de personnes pourraient être mortes à cause de la pandémie de COVID-19, le taux de surmortalité pour 100 000 habitants étant estimé à 120 décès dans le monde, à 179 décès aux États-Unis et à 0,6 en Chine. À partir de mars de cette année, c’est grâce à la politique « zéro COVID dynamique » que la Chine a résisté à l’épreuve la plus sévère en matière de prévention et de contrôle de la COVID-19 depuis la bataille pour défendre Wuhan et a obtenu des résultats efficaces au stade actuel. La politique du gouvernement chinois en matière de COVID-19 peut résister à l’épreuve de l’histoire. Nos mesures de prévention et de contrôle sont scientifiques et efficaces. La Chine est l’un des pays du monde qui ont le plus réussi en matière de réponse à la COVID-19. C’est un fait évident pour tous au sein de la communauté internationale.

J’ai vu des reportages selon lesquels, à la lumière de nouvelles modélisations effectuées par des scientifiques chinois et américains, si la Chine abandonne sa rigoureuse politique « zéro COVID dynamique », cela entraînerait plus de 1,5 million de décès dus à la COVID. L’énorme population de la Chine signifie également que l’assouplissement des mesures de prévention et de contrôle entraînera inévitablement la mort d’un grand nombre de personnes âgées. La politique « zéro COVID dynamique » a offert une protection efficace aux personnes âgées et aux groupes vulnérables souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Elle se distingue nettement des approches décontractées de l’immunité collective et de l’immunité naturelle adoptées par certains pays. Il y a peu, le directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental a félicité la Chine pour sa réponse à la COVID-19. Il a déclaré que la Chine avait suivi l’évolution de la situation en matière de COVID en actualisant ses politiques de prévention et de contrôle, en révisant les directives et en adaptant les dispositions en matière de tests et de quarantaine. 

Je voudrais souligner un dernier point : le gouvernement chinois a formulé et mis en œuvre la politique « zéro COVID dynamique » sur la base des réalités nationales de la Chine et a ajusté les protocoles de prévention et de contrôle en fonction de l’évolution des conditions. Le seul objectif est de protéger la vie et la santé de la population dans la mesure du possible et de soutenir un développement économique et social soutenu, sain et régulier. En Chine, nous avons les bases, les conditions et la capacité de réaliser l’objectif « zéro COVID dynamique ». Nous sommes convaincus de pouvoir gagner cette bataille difficile et de contribuer davantage à la solidarité mondiale contre la COVID-19.

The Paper : Selon des reportages, un haut fonctionnaire de l’administration américaine a récemment déclaré que les États-Unis seraient confrontés à une forte vague de COVID-19 cet automne et cet hiver, qui pourrait infecter jusqu’à 100 millions d’Américains. La Chine a-t-elle un commentaire à faire ?

Zhao Lijian : J’ai pris note des reportages concernés. Les États-Unis disposent des technologies médicales les plus avancées et des ressources médicales les plus abondantes au monde. L’échec de la réponse du gouvernement américain n’est pas seulement une catastrophe naturelle, mais aussi une calamité d’origine humaine qui reflète l’indifférence et l’inaction du gouvernement américain par rapport à la vie humaine.

Le coronavirus endémique, auquel s’ajoutent des problèmes sociaux persistants, a encore aggravé la situation des droits de l’homme aux États-Unis. Selon des reportages, les termes « virus de la Chine » et « virus de Wuhan » inventés par des politiciens américains ont entraîné une recrudescence des crimes de haine contre certaines races. En 2020, le nombre de crimes de haine contre les Asiatiques a augmenté de 149 % aux États-Unis. La discrimination raciale systémique a rendu les minorités ethniques plus vulnérables face à la pandémie. Plus de 200 000 enfants américains ont été rendus orphelins par la COVID-19, parmi lesquels 65 % sont des enfants issus de minorités raciales et ethniques. Au milieu de la pandémie en cours, la violence policière s’est poursuivie et les faits de violence armée n’ont cessé d’augmenter. En 2021, plus de 1 124 personnes sont mortes à cause de la violence policière et le nombre de personnes qui ont demandé à se faire soigner pour des blessures par balle a bondi de 34 %. Ils ont mis à rude épreuve les ressources médicales dont les personnes infectées par la COVID-19 ont un besoin urgent. 

Nous compatissons avec le peuple américain qui est durement touché par le coronavirus. Nous espérons que les États-Unis seront plus sérieux dans leur réponse à la COVID-19 afin d’éviter que la prédiction d’une infection de 100 millions d’Américains ne se réalise.

Al Jazeera : Les troupes d’occupation israéliennes ont brutalement tué ma collègue Shireen Abu Akleh, journaliste d’Al Jazeera, aujourd’hui à Jénine, en Palestine. Les forces israéliennes lui ont tiré dans la tête malgré le fait qu’elle portait un gilet pare-balles pour la presse. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai lu les reportages concernés et suis choqué par l’incident. Je ne suis pas au courant de la situation spécifique. Je peux dire qu’en principe, la Chine rejette toujours et condamne fermement la violence contre les journalistes qui font leur travail. Nous espérons que l’incident sera traité de manière juste, conformément à la loi.

Bloomberg : Une question complémentaire sur la déclaration du chef de l’Organisation mondiale de la santé. Avez-vous une réponse spécifique à sa déclaration sur les politiques de la Chine en matière de COVID ?

Zhao Lijian : Je viens d’exposer très clairement la position du gouvernement chinois. Nous espérons que les personnes concernées considéreront la politique chinoise en matière de COVID de manière objective et rationnelle, en apprendront davantage sur les faits et s’abstiendront de faire des remarques irresponsables.

Shenzhen TV : La réunion virtuelle de haut niveau du Groupe des amis de l’Initiative pour le développement mondial (IDM) s’est récemment tenue au siège de l’ONU. Les représentants de nombreux pays présents à la réunion ont salué l’importance de l’IDM mise en avant par le président Xi Jinping pour répondre aux défis mondiaux et mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies. Quel est votre commentaire à ce sujet ? 

Zhao Lijian : Dans le monde d’aujourd’hui, la paix est affectée et le développement est en détresse. Face à divers nouveaux défis mondiaux, le président Xi Jinping a présenté une série de concepts et de propositions majeurs, notamment l’Initiative pour le développement mondial (IDM) et l’Initiative pour la sécurité mondiale (ISM). En vue de construire une communauté de destin pour l’humanité, il a proposé la solution de la Chine pour rendre le système de gouvernance mondiale plus équitable et plus raisonnable, et a présenté la feuille de route des actions pour défendre la sécurité commune et promouvoir le développement commun. Les grandes initiatives proposées par le président Xi Jinping sont enracinées dans la civilisation chinoise et issues de la grande pratique de construction d’un pays socialiste à la chinoise par les 1,4 milliard de Chinois sous la direction du Parti communiste chinois. Elles ont pleinement démontré la perspective internationaliste du président Xi, ses préoccupations pour la paix et le développement dans le monde ainsi que l’attitude d’un dirigeant d’un grand pays, et jouissent d’une influence et d’un attrait considérables dans le monde. 

La série de concepts et de propositions importants du président Xi Jinping a suscité un vif écho au sein de la communauté internationale et obtenu un large soutien. Le président pakistanais Arif Alvi, l’ancien Premier ministre égyptien Essam Sharaf et des universitaires britanniques de renom, dont Martin Jacques, Stephen Perry et Martin Albrow, ont déclaré dans des interviews récentes que le président Xi a exposé des concepts à connotation philosophique profonde, notamment la communauté de destin pour l’humanité, en termes simples, d’un point de vue historique perspicace et avec des sentiments profonds pour le peuple. Le leadership de la Chine dans la construction d’une communauté de destin pour l’humanité ne se reflète pas seulement dans un sens pragmatique, mais aussi dans un sens moral et de valeur. C’est un encouragement et une source d’inspiration pour le monde entier. L’Occident devrait répondre au concept de communauté de destin pour l’humanité, participer au développement de la Chine, partager les opportunités offertes par le développement de la Chine et réaliser un développement commun dans l’apprentissage mutuel. Lors de la réunion virtuelle de haut niveau du Groupe des amis de l’Initiative pour le développement mondial que vous avez mentionnée, les participants de tous les pays ont hautement apprécié le rôle de premier plan joué par la Chine dans la promotion de la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré que les discussions menées dans le cadre de l’IDM peuvent contribuer à promouvoir les progrès en matière de développement dans tous les pays. Toutes les parties conviennent que, dans le contexte de la pandémie en cours, des conflits géopolitiques et de la situation internationale en évolution complexe, l’IDM poussera la communauté internationale à se recentrer sur le développement et à accélérer la mise en œuvre du Programme 2030.

Guidée par la vision d’une communauté de destin pour l’humanité, la Chine répond à l’aspiration commune de la communauté internationale à la paix, à la coopération et au développement, et s’engage à fournir davantage de biens publics et à jouer un rôle positif plus important pour la paix et la sécurité mondiales. Nous sommes prêts à travailler avec tous les pays qui aiment la paix et recherchent le développement pour mettre activement en œuvre l’IDM et l’ISM, renforcer la solidarité et la coopération, relever ensemble les défis et créer un avenir meilleur pour le monde. 

Bloomberg : Vous venez de dire que les politiques en matière de COVID de la Chine visent à protéger la vie du peuple, en particulier des personnes âgées et de celles qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents. Alors, pourquoi la Chine n’a-t-elle pas fait davantage pour vacciner les personnes âgées ? Par ailleurs, pourquoi la Chine n’a-t-elle pas approuvé les vaccins à ARNm, dont il a été démontré à Hong Kong qu’ils étaient légèrement plus efficaces pour prévenir la transmission, les maladies graves et les décès ?

Zhao Lijian : Vos deux questions portent sur des aspects techniques très spécifiques. Je vous renvoie donc aux autorités compétentes chinoises. À ma connaissance, la Chine a fait un bon travail de vaccination des personnes âgées, dont le taux d’inoculation est supérieur à celui de nombreux autres pays. Quant à vos questions spécifiques, je vous suggère de les poser aux experts chinois compétents.

China Daily : La ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a récemment rencontré son homologue des îles Salomon à Brisbane. Mme Payne a déclaré que l’Australie respectait toujours la prise de décision souveraine des îles Salomon, mais qu’elle était profondément préoccupée par le manque de transparence de l’accord de sécurité entre les îles Salomon et la Chine. La partie chinoise a-t-elle un commentaire à faire ?

Zhao Lijian : J’ai pris note des reportages concernés. Les pays insulaires du Pacifique, y compris les îles Salomon, sont tous des nations indépendantes et souveraines. Ils ne sont l’arrière-cour d’aucun pays. Puisque l’Australie prétend respecter la prise de décision souveraine des îles Salomon, elle devrait joindre le geste à la parole et cesser de faire des remarques irresponsables sur l’exercice par les îles Salomon de leurs droits souverains dans la poursuite de la coopération internationale de manière indépendante et cesser de recourir à la pression et à la coercition.

La partie chinoise a partagé à plusieurs reprises des informations sur sa coopération en matière de sécurité avec les îles Salomon. Je tiens à réaffirmer que c’est le droit intangible de deux pays souverains de conclure indépendamment, par voie de consultation, des accords tels que l’accord-cadre intergouvernemental sur la coopération en matière de sécurité entre la Chine et les îles Salomon, qui constitue une coopération normale en matière d’application de la loi et de sécurité, conformément au droit international et aux pratiques internationales. La coopération en matière de sécurité entre la Chine et les îles Salomon est ouverte, transparente et ne vise aucune partie tierce. Elle ne contredit pas la coopération des îles Salomon avec d’autres partenaires ou les mécanismes régionaux existants. Elle sert les intérêts communs des îles Salomon et de la région du Pacifique Sud. La rumeur selon laquelle la Chine construirait une base militaire dans les îles Salomon est une pure désinformation fabriquée par quelques individus ayant des arrière-pensées. 

Je tiens à souligner que l’Australie, sans communiquer ni consulter les pays insulaires du Pacifique, a constitué un groupe militaire avec les États-Unis et le Royaume-Uni, deux pays extrarégionaux, ce qui a déclenché une course aux armements et entraîné des risques de prolifération nucléaire dans le Pacifique Sud. C’est la pratique concernée de l’Australie qui est une manipulation secrète ni ouverte ni transparente. Les pays de la région sont tous profondément préoccupés par cela. L’Australie devrait réfléchir à son comportement et changer de cap.

Global Times : Selon les médias cambodgiens, une bombe de fabrication américaine pesant près d’une tonne et contenant plus de 500 kilogrammes d’explosifs a été découverte l’autre jour en face du Palais royal, à Phnom Penh. Rien qu’en avril de cette année, au moins cinq bombes aériennes américaines non explosées ont été découvertes au Cambodge par le Centre cambodgien d’action contre les mines, chacune pesant plus de 200 kilogrammes. Certains universitaires locaux ont souligné que la paix et la démocratie mondiales autoproclamées par les États-Unis sont fondées sur l’hypocrisie, la tromperie et la violence incitée dans le monde entier, et qu’elles n’apportent que chaos, instabilité et menaces à la paix et à la sécurité de pays plus petits et moins puissants. Ils ont appelé les États-Unis à ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures des autres pays au nom de la démocratie et des droits de l’homme, ni à utiliser le double standard pour créer le chaos et les turbulences, ce qui nuit à la paix, à la démocratie et aux droits de l’homme. Quel est le commentaire de la Chine ? 

Zhao Lijian : J’ai également noté des informations concernées. Pendant la guerre du Vietnam, les États-Unis ont utilisé des bombes à fragmentation et des armes biochimiques et ont commis des crimes odieux dans les pays d’Asie du Sud-Est, notamment au Vietnam, au Laos et au Cambodge.

J’ai fait mes devoirs avant de venir ici et j’ai quelques exemples à partager. À l’époque, les États-Unis ont utilisé plus de 15 millions de tonnes de bombes, de mines et d’obus au Vietnam, dont environ 800 000 tonnes n’ont pas explosé et restent éparpillées sur près de 20 % du territoire du pays. Au cours des 40 années qui ont suivi la fin de la guerre du Vietnam, les munitions non explosées ont tué plus de 40 000 personnes et en ont blessé plus de 60 000, soit environ 1 000 morts et 1 500 blessés par an. Au rythme d’élimination actuel, il faudrait 300 ans pour supprimer complètement ces explosifs. Les États-Unis ont pulvérisé environ deux millions de gallons d’agent orange au Vietnam pour détruire la piste Ho Chi Minh, ce qui a infecté près de cinq millions de Vietnamiens et tué 400 000 personnes. Environ deux millions de personnes ont contracté un cancer ou d’autres maladies. Et de nombreux enfants sont nés avec des malformations et des handicaps congénitaux. 

Au Laos, les troupes américaines ont largué 270 millions de bombes, pesant au total deux millions de tonnes, soit une tonne ou 135 bombes pour chaque habitant du pays. Environ 80 millions de bombes, soit près de 30% du total, n’ont pas explosé et sont toujours enfouies dans 37% du territoire laotien. Plus de 100 incidents de détonations involontaires se produisent chaque année depuis la fin de la guerre, ayant déjà tué plus de 20 000 personnes au total. Cela a également fait payer un lourd tribut au développement socio-économique local. Au Laos, 46 des 47 districts les plus pauvres sont situés dans des zones fortement contaminées par des munitions non explosées.

Les données provisoires de l’université de Yale révèlent que d’octobre 1965 à août 1973, les États-Unis ont largué 2,7 millions de tonnes de munitions sur le Cambodge. Les statistiques du gouvernement cambodgien montrent que de 1979 à 2021, près de 20 000 personnes ont été tuées et plus de 45 000 autres ont été handicapées par des munitions non explosées, notamment des mines. Les États-Unis ne cessent de parler de la défense de la démocratie et des droits de l’homme dans les pays d’Asie du Sud-Est. Ils ne devraient pas professer cela tant qu’ils n’auront pas enlevé toutes les bombes non explosées.

Malheureusement, les tragédies du siècle dernier se répètent dans la nouvelle ère. Au cours des deux dernières décennies, l’armée américaine a lancé plus de 90 000 frappes aériennes sur la Syrie, l’Irak et d’autres pays, tuant environ 48 000 civils.

L’histoire a prouvé que les États-Unis sont des destructeurs de règles et d’ordre, des créateurs de violence et de conflits, et des auteurs de diplomatie coercitive. Les États-Unis collent l’étiquette de « coercition » et de « militarisation » sur les autres, tout en formant de petites cliques et en incitant à la confrontation au nom de la démocratie, des droits de l’homme et de l’ordre. Il s’agit d’un « deux poids deux mesures » typiquement américain. Ce que les États-Unis défendent, c’est leur propre hégémonie et leurs « règles de la maison », au détriment des intérêts fondamentaux des petits et moyens pays. 

Rechercher la paix, la solidarité et la coopération plutôt que l’agitation, la division et la confrontation, c’est l’aspiration commune des pays de la région et la volonté générale de la communauté internationale. Peu importe comment les mensonges sont déguisés, ils finiront par être démystifiés. Les tentatives visant à provoquer une confrontation des blocs et à créer des turbulences et des tensions n’obtiendront aucun soutien. Les pays asiatiques ont une profonde mémoire de l’histoire et savent distinguer le bien du mal. Nous ne permettrons jamais que la région soit utilisée comme un échiquier pour la rivalité entre grandes puissances, et les pays asiatiques ne deviendront pas des pions pour la confrontation entre grandes puissances. 

AFP : Le président américain Biden a déclaré qu’il explorait les moyens de mettre fin aux droits de douane sur le commerce avec la Chine, mais aucune décision n’a encore été prise. La partie américaine a-t-elle contacté la Chine pour des discussions à ce sujet ? Deuxième question, le Ministère des Affaires étrangères peut-il confirmer la date d’arrivée en Chine de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme ? Un de ses porte-parole a déclaré qu’elle devrait arriver fin mai, mais connaît-on la date exacte de son arrivée ? 

Zhao Lijian : Nous avons remarqué des reportages concernés sur votre première question. Veuillez poser aux autorités compétentes les questions sur le commerce et l’économie. 

Je peux vous dire ici que la coopération économique et commerciale entre la Chine et les États-Unis est mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant par nature. Il n’y a pas de gagnant dans une guerre commerciale ou une guerre tarifaire. Les droits de douane supplémentaires imposés unilatéralement par les États-Unis à la Chine ne sont pas dans l’intérêt de la Chine, des États-Unis ou du monde entier. Je voudrais citer ici l’ambassadeur de Chine aux États-Unis, Qin Gang. Il a mentionné certains chiffres dans une interview récente pour Forbes.

Jusqu’à présent, la guerre commerciale n’a pas réduit le déficit commercial des États-Unis. Au contraire, elle fait augmenter les coûts des entreprises américaines et les dépenses des consommateurs américains. Depuis leur entrée en vigueur, les droits de douane supplémentaires ont coûté aux entreprises américaines 1 700 milliards de dollars. Ils ont coûté aux ménages américains 1 300 dollars chaque année. En outre, au cours des trois premières années depuis le lancement de la guerre commerciale – les années 2018, 2019, 2020 –, les exportations américaines vers la Chine étaient chaque année inférieures au niveau de l’année 2017. Combien d’emplois ont été perdus aux États-Unis au cours de cette période ? Plus de 240 000. Ces chiffres démontrent pleinement que la guerre commerciale ne fait de bien à personne. Je pense qu’il est temps pour l’administration américaine de reconsidérer et d’annuler ces droits de douane supplémentaires le plus tôt possible. 

En ce qui concerne votre deuxième question, la Chine se félicite de la visite de la Haute-Commissaire Mme Bachelet en Chine, y compris au Xinjiang, en mai. L’équipe préparatoire du Haut-Commissariat aux droits de l’homme est arrivée en Chine et se trouve en quarantaine, comme l’exigent les protocoles COVID. Ils ont déjà commencé leur travail. Les deux parties tiennent des consultations sur l’organisation de la visite.

Reuters : Vous avez dit tout à l’heure que le gouvernement chinois décide de la politique « zéro COVID dynamique » en fonction de ses conditions nationales. Mais nous avons appris que certaines personnes ont récemment remis en question cette politique. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai déjà parlé longuement de la situation de la Chine en matière de COVID et de sa politique « zéro COVID dynamique ». Je peux vous dire sans équivoque que, quelles que soient les difficultés qui nous attendent, le gouvernement et le peuple chinois ont toute confiance pour gagner cette dure bataille. Nous avons les bases, les conditions et la capacité de réaliser l’objectif « zéro COVID dynamique ».

En ce qui concerne les différents points de vue de certaines personnes, j’ai également exposé la position de la Chine à l’instant. Je suis convaincu que la politique « zéro COVID dynamique » est celle qui convient le mieux à la Chine.

PTI : Hier, vous avez fait un commentaire sur l’évolution de la situation au Sri Lanka, notamment sur la détérioration des conditions politiques et économiques. Pourriez-vous commenter la démission du Premier ministre Mahinda Rajapaksa ? Comment la Chine voit-elle la situation politique actuelle au Sri Lanka ?

Zhao Lijian : La Chine accorde une grande attention à l’évolution de la situation au Sri Lanka. Nous espérons sincèrement que les divers milieux au Sri Lanka pourront garder à l’esprit les intérêts fondamentaux du pays et de son peuple, rester unis, maintenir la stabilité et surmonter les difficultés ensemble.

Question complémentaire : J’ai également demandé votre réaction à la démission du Premier ministre Mahinda Rajapaksa. Figurant parmi les amis très proches de la Chine, il a démissionné en raison de la situation violente et de la demande de tout le milieu politique du pays.

Zhao Lijian : J’ai déjà dit clairement que nous avons pris note des derniers développements au Sri Lanka et que nous suivons de près la situation. Nous espérons que toutes les parties du pays, qu’il s’agisse du gouvernement ou de l’opposition, pourront partir des intérêts nationaux fondamentaux, rester unies et rétablir rapidement la stabilité politique et économique.

PTI : En ce qui concerne la visite de Madame Bachelet, Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, doit-elle être mise en quarantaine ?

Zhao Lijian : Comme je viens de le dire, l’équipe préparatoire est arrivée en Chine. Les deux parties tiennent des consultations sur l’organisation de la visite.

Bloomberg : ABC News d’Australie a rapporté que Wang Yi prévoit ou est susceptible de se rendre aux îles Salomon dans les semaines à venir dans le cadre d’une visite dans un certain nombre de pays insulaires du Pacifique. Le Ministère des Affaires étrangères a-t-il des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n’ai pas connaissance d’informations pertinentes.

 Recommander à    Imprimer

L'adresse: 2 Chao Yang Men Nan Da Jie,Arrondissement Chao Yang, Pékin Code Postal 100701 Numéro de Téléphone:86-10-65961114